Comité d'Hygiène, de Sécurité

et des Conditions de Travail

risques psychosociaux tag

Des personnels se suicident dans l'académie de Creteil

20/08/2018 par CHSCTA Créteil

Entre mars et juillet 2017 ce sont 7 situations d’actes suicidaires d'enseignants du premier ou second degré qui ont été portées à notre connaissance dans notre académie avec trois décès et des collègues marqués à vie : nos informations sont généralement venues par nos contacts sur le terrain alors que  nous aurions appréciés d’être aussi informés par l’employeur. L’hypothèse trop rapide qui a souvent été faite était de dire que nous n’étions que dans des actes personnels et privés, et qu’il n’était donc pas nécessaire d’enquêter et que le nombre de cas n'était pas significatif au regard de la population totale des salariés.

Avec Durkheim nous  défendons l'idée selon laquelle le suicide est un bien fait social. Ce phénomène, dont on pourrait penser de prime abord qu'il est déterminé par des raisons relevant de l'intime, du psychologique, est également éclairé par des causes sociales, des déterminants sociaux.

Nous formulons, donc,  l’hypothèse que le malaise et le climat social dégradé que nous constatons et à propos du lequel nous alertons régulièrement l’employeur dans nos CHSCT n’est pas étranger au mal être pouvant atteindre les agents dans leur santé au travail, quelque soient leurs fonctions.

Mais pour nous, au regard des avancée de la recherche et tenant compte des compétences  des CHSCT, il s’agit de dépasser le stade de la singularité des situations pour interroger les organisations du travail et ainsi faire des préconisations qui nous permettraient d’améliorer le travail dans ce qu’il a de plus quotidien. Ainsi, en CHSCT nous ne nous contentons pas de revendications globales et le plus  souvent remises en cause par l’employeur, mais nous cherchons bien à interroger les situations singulières pour soigner le travail lui-même.

C'est pourquoi nous avons insisté et obtenu les enquêtes des chsct prévu par les textes, sur les différents cas, afin de pouvoir tirer des cas particulier des préconisations plus générales en terme de prévention à proposer à l'employeur.

Ces enquêtes se basent sur l'étude des dossiers professionnels des victimes et les témoignages des personnes volontaires afin d'analyser le rapport au travail de la victime et en quoi certains facteurs professionnels ont pu participer à la décision de mettre fin à ses jours ou n'ont pas freiner une situation aboutissant à une mise en danger des personnes. Etant bloqués et remis en cause parfois  sur nos analyses, nous avons demander l'aide d'un cabinet d'expert, obtenu que l'employeur ll'accepte et la prenne en charge afin que l'employeur la prenne en charge en mai 2018. Ce travail de formation des membres des délégations d'enquête et de travail autour de 2 cas est encore en cours. La FSU se félicite d'avoir batailler à l'obtenir et s' implique totalement dans ce dossier très chronophage. Il devra nous permettre de revendiquer des axes de prévention à obtenir par de l'employeur pour assurer la santé et la sécurité au travail de ses salariés.

Aucun fichier pour cet article