Comité d'Hygiène, de Sécurité

et des Conditions de Travail

tag

déclaration liminaire de la FSU au CHSCTA CRETEIL du 6 mai

06/05/2014 par CHSCTA Créteil

 


FSU- Académie de Créteil

CHSCT Académique

6 Mai  2014

Déclaration liminaire de la FSU

 

Madame la Rectrice, Madame la Présidente du CHSCTA, en tant que représentants des personnels de l’Académie, nous souhaitons réinterroger le chemin parcouru depuis le dernier CHSCTA. Si nous notons des relations de travail et de développement très positives de l’activité des CHSCT, nous voudrions aussi en examiner les limites.

Le  CHSCTA a une activité paradoxale pour les syndicalistes représentant les personnels : il doit permettre une amélioration de la qualité de vie au travail, alors que par ailleurs la FSU juge que les orientations prises et les moyens donnés pour accomplir l’ensemble des  missions du service public sont potentiellement source de mal être voire de souffrance et de dégradation du service public. Pour autant,  le CHSCT n’a pas pour objet de porter une appréciation générale  sur les conditions de travail, fussent elles aggravées par des décisions ministérielles, mais bien de poser un regard précis et argumenté sur des situations de travail pour en proposer l’amélioration ou,  à tout le moins, la non dégradation.

Or, force est de constater que même sur ce point très précis qui relève pleinement de la compétence du CHSCT nous ne sommes pas encore suffisamment entendus : ainsi des risques d’accident graves ont été observés suite à une visite du CHSCT dans un lycée de Montreuil par exemple. Le risque de chute de morceaux de béton, pouvant peser plusieurs kilos, sur une hauteur de quatre étages est bien réel et pourrait entrainer des blessures graves sinon la mort : il y a eu un compte-rendu de visite approuvé en CHSCT, peut être un début de DUER, mais pas de CHS ou de retour aux usagers, et surtout aucune mesure de protection. Le CHSCTA a demandé la pose de barrières ou de filets de protection. Si nous devions nous prononcer sur la réalité d’un danger grave et imminent, le CHSCTA ne pourrait que regretter qu’une politique de prévention n’aie pas permis d’éviter toute mise en danger : qu’en serait il en cas d’accident grave ?

L’Ecole publique a le devoir d’enseigner, mais son premier devoir est de rendre les élèves indemnes à leurs familles et de permettre aux  agents une qualité de vie au travail ne dégradant pas leur santé.

Cet exemple, parmi d’autres, montre le chemin qu’il nous reste à parcourir pour être plus opérationnels : le CHSCTA formule des avis et recommandations auprès de l’employeur, mais c’est à celui-ci d’en tirer les conséquences. Il peut y avoir urgence.

 D’autre part la dégradation des conditions de travail avec des moyens humains souvent insuffisants pour remplir les missions et des collectifs de travail est toujours pointée  du doigt : le cadre budgétaire extrêmement contraint défini par le premier ministre ne peut qu’augmenter nos inquiétudes.

Combiné à l’inquiétude sur les projets à venir : rythmes scolaires, éducation prioritaire, nouveaux programmes, pluridisciplinarité…nous  peuvons y voir l’origine du manque d’engouement récurent pour les métiers de l’éducation.

Près d’un enseignant sur deux déclare vouloir changer de métier, et 60% recommandent à leurs enfants de ne pas entrer dans l’éducation nationale : sans partager à 100% cette étude catastrophiste véhiculée par la presse, nous ne pouvons que prendre très au sérieux la nécessité de restaurer le service public en termes d’efficacité et d’image, en particulier en améliorant sérieusement des conditions de travail pointées comme le frein majeur avec la dégradation des salaires, ce dernier point n’étant évidemment pas des compétences du CHSCT.

Nous avons quelques moyens d’agir dans le domaine de la prévention et de la compréhension des problématiques :  nous pensons qu’il faut nous en saisir avec plus de sérieux :

 

1.    Les visites d’établissements, en permettant une évaluation des risques locaux, tant sur le plan matériel qu’organisationnel nous permet d’envisager ce qu’il faut précisément améliorer et quelle est la nature des investissements à réaliser. Le travail important que nous fournissons doit être utile et déboucher sur des mesures de prévention adaptées  de manière à  donner à chaque agent les moyens de faire du bon travail.

2.    Les formations initiales et continues des agents, des cadres et des membres des CHSCT, en particulier dans le domaine de la prévention des RPS.

3.    La  mise en place urgente des registres santé sécurité au travail et Danger grave et imminent, la  réalisation des DUERP et la réactivation des CHS dans les EPLE

4.    Les moyens donnés à la médecine de prévention et aux assistants et conseillers de prévention

Le CHSCT de l’Académie de Créteil a, sur ces sujets, la chance de pouvoir s’appuyer sur la mobilisation de la hiérarchie, des services de l’ISST, de la médecine de prévention, des services sociaux concernés, des conseillers et agents de prévention : si le travail à accomplir reste important, notre CHSCTA peut certainement noter la qualité du travail accompli ces dernières années.

 Mesdames, Messieurs, au nom des représentants du personnel au  CHSCTA,  nous vous souhaitons à tous une séance constructive et fructueuse.

 

 

 

                                                                                              Créteil le 6 mai 2014

 

 

 

 

 

 

Aucun fichier pour cet article