Comité d'Hygiène, de Sécurité

et des Conditions de Travail

risques psychosociaux tag

"Carrefour Santé-Social des Hauts-de-Seine" du 5 mai 2015

31/05/2015 par Hauts-de-Seine

Le Carrefour Santé-Social des Hauts de Seine est un espace de réflexion et d’échanges autour des questions de santé, associant la MGEN et les organisations syndicales de l’Education FSU, Sgen-CFDT et SE-Unsa. Un stage sur les problématiques du stress et mal-être au travail a été organisé le mardi 5 mai 2015, avec l'intervention de Marie PEZE, psychologue du travail.

Marie PEZE, Docteur en Psychologie, psychanalyste, est expert auprès de la Cour d’Appel de Versailles.
Elle est également responsable pédagogique du certificat de spécialisation en psychopathologie du travail qu’a lancé Christophe Dejours en Novembre 2008 au CNAM et Membre Fondateur du Groupe pluridisciplinaire de Réflexion sur la Maltraitance au Travail.

Si le travail peut faire souffrir, c’est d’abord parce qu’il est porteur de nombreuses promesses : montrer ses savoir-faire, gagner sa vie, apprendre à vivre ensemble, à coopérer, se réaliser. Travailler, c’est se travailler et travailler ensemble. Deux principales pathologies du travail existent : la pathologie de la surcharge, et la pathologie de la solitude.
Marie Pezé appuie sur la nécessité d’une approche collective du travail, afin de rompre avec le sentiment d’isolement particulièrement présent dans nos métiers. Elle insiste sur la différence entre le travail prescrit (fiche de poste) et le travail réel, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas écrit mais que le salarié fait « de lui-même » dans le cadre de son travail (préparation matérielle, entretiens informels… ce que le SNUipp-FSU a qualifié de « travail invisible » lors de différentes enquêtes). Elle invite les enseignants à être attentifs à leur propre santé, mais aussi à celle de leurs collègues, et à leur proposer leur aide lorsqu’un certain nombre de « signes » se trouvent réunis : sentiment de ne jamais être reposé, même après une bonne nuit de sommeil ou des vacances, renfermement sur soi, lassitude, stress, crises…

L’ESA (état de stress aigu) est un évènement ponctuel (crise de larmes, crise de nerf, poussée d’urticaire…) qui se produit sur le lieu de travail. Cet ESA doit être signalé (faire appel aux pompiers, rapport écrit…) afin de pouvoir servir si la situation s’aggrave pour déterminer un diagnostique de surmenage (diagnostique qui peut être établi par un neuropsychiatre en CMP).
Il ne faut pas hésiter à se saisir de l’article L41121-2 du code du travail sur l’obligation de résultat de l’employeur dans des situations de souffrance au travail. Marie Pezé rappelle l’importance d’être outillés pour prévenir les risques psycho-sociaux. Pour cela, le site bénévole Souffrance-et-travail.com apporte de nombreuses aides. La psychologue insiste sur le fait que chacun est responsable de sa santé au travail et de celle de ses collègues.

Il est possible de demander une visite spontanée au médecin du travail, une fois par an (agnes.apicella@ac-versailles.fr)

 

Aucun fichier pour cet article